Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/08/2012

La Méthode PAS : Possibilité de bâtir un empire inébranlable Etudes empiriques finalisées par l’analyste Cliff Yumba Mpiana WANE

La Méthode PAS : Possibilité de bâtir un empire inébranlable Etudes empiriques finalisées par l’analyste Cliff Yumba Mpiana WANE Rêver est une opération ne nécessitant pas forcément l’intervention d’une tierce personne ; car tout le monde est libre de l’accomplir. Quel que soit le régime présidant aux destinées d’un pays, sa population rêve à son aise. « Il rêve secrètement de l’épouser» ; curieusement, aucune personne ne le sait. C’est formidable, tout le monde peut rêver de… Mais le principe indélébile devrait être scrupuleusement respecté. A cet effet, il est certes possible de bâtir un empire de grande renommée, si et seulement si les principes fondamentaux du rêve s’en suivent. Pour renchérir, il est rare de voir quelqu’un dévoiler ses techniques de conquête à son opposant potentiel. Eu égard à ce qui précède, l’humiliation et la manécanterie de soi facilitent la matérialisation de ce qu’autrefois rêve. En outre, il est quasi impossible d’échouer si l’on se concentre sur un objectif bien précis et efficacement défini. Naturellement, la construction d’un empire est une opération de grande portée historique ; c’est pourquoi la plupart de ceux supposés proches au visionnaire s’y opposent sournoisement. En revanche, il est souhaitable de développer toutes les stratégies y afférentes, en aparté ; sinon toutes les tentatives interceptées seront facilement ébranlables illico. De manière ramassée, la méthode PAS se confond avec l’usage des stratégies à la hauteur, usant de la persévérance sans précédent. o Persévérance, parcimonie La parcimonie et la persévérance font partie de l’équipe forte susceptible de provoquer une prospérité à la hauteur de toutes les attentes. En effet, toute persévérance digne de ce vocable s’accompagne impérativement d’une vision plus ou moins nette ; car ne peut persévérer que celui poursuivant quelque chose de significatif. A ce stade, le raisonnement revêt un sens pratique, étant donnée la pluralité d’interprétations diffuses. En vue de donner du tonus à cette démonstration, il est souhaitable d’exemplifier à travers une illustration empirique, tirée de la vie de l’auteur de la présente méthode. L’accès aux moyens matériels était quasi impossible ; ce qui fait que la plupart de mes projets ne pouvaient pas se matérialiser. Toutefois, grâce à ma vision bien façonnée ; la persévérance m’a rendu capable d’accéder rapidement à la moitié de ce que je poursuis, sans relâche. Quels que soient les secousses et troubles, l’âme avertie persévère, sans relâche. Pour renchérir, la persévérance est le caractère héroïque des leaders, car ne peut réussir valablement que l’âme persévérante et patiente. Cette dernière accompagne toujours la persévérance. Par conséquent, une persévérance sans patience ne paiera jamais. « Oui, je reconnais avoir rêvé vers les années 90 ; vingt ans après, ma vie a gouté au vif de ce rêve. » certes, la présente illustration traduit l’impact de la persévérance, accompagnée des stratégies et de la patience. D’autre part, la parcimonie est le devoir du visionnaire, étant données ses différentes implications dans le quotidien de l’humain. Pour étayer cette thèse, plusieurs de ceux aujourd’hui prospères ont été vilipendés et calomniés à cause de la mégalomanie qui entourait leurs supérieurs ; toutefois, grâce à leur esprit élevé, toute leur amertume s’est transformée en réjouissance, après avoir stratégiquement épargné des fonds raisonnables. A titre d’illustration, il peut se faire que l’employeur ne sait pas respecter les droits de l’employé, ou encore un gouvernement puissant imposer des sanctions malhonnêtes à ceux subordonnés. Dans toute cette démarche, ce qui importe demeure la parcimonie, car susceptible de libérer un visionnaire de la dépendance totale, voire partielle. Celui qui se suffit, est à l’abri du danger ; car aucune autorité ne peut déborder dans ses injonctions. « Est-ce que quelqu’un peut empêcher mon potentiel de concevoir des méthodes ? Je ne le crois pas, parce qu’elles sont uniques et sans précédent. Il en est de même de celui qui accepte de se soumettre, jusqu’à ce que l’autonomie totale vienne. » On ne peut pas gagner l’indépendance, sans moyens conséquents ; d’où l’impact positif d’une soumission immédiate. En outre, parcimonie et persévérance font partie intégrante de la soumission, en vue de mieux bâtir ce que l’on envisage. o Accélérer, amplifier Personne ne peut appuyer sur l’accélérateur si l’engin n’est pas en marche ; c’est pourquoi le démarrage demeure la phase de départ. En outre, seul le visionnaire est habilité d’accélérer, car l’ignorant peut amplifier contre sa propre prospérité. Quand, quoi et comment accélérer/amplifier ? Eu égard à ce qui précède, quelqu’un a franchi la barrière des millionnaires grâce à l’accélération d’une situation bien maitrisée. Indigente de son état, mais brillante et sage naturellement, a sollicité d’un prêt auprès de trois personnes différentes. En revanche, elle a eu la faveur de toutes les trois. Au bout de nonante jours, il a été capable de payer toutes les dettes sans difficulté ; en sollicitant de nouveau auprès de trois autres, en vue d’alimenter sa chaine d’approvisionnement. Cette méthode cyclique s’est amplifiée, et deux années après, l’emprunteur potentiel est devenu prêteur potentiel, au statut de millionnaire dans son quartier. Quelle souplesse! De manière détaillée, la planification permet à l’être humain de verser son meilleur dans une direction bien ciblée, car toutes les études conséquentes y ont été incluses. C’est à ce titre que l’affectation des moyens à la hauteur se voit indispensable ; sinon ça serait du gâchis. Partant de l’analyse précédente, le fait de revisiter un programme n’est pas à exclure ; car la priorité de cette année ne sera pas forcément celle de l’année prochaine. Curieusement, certains gouvernements ou administrations dirigés par des parvenus, ne savent pas adapter les besoins au budget à cause de leur égotisme outré. En revanche, ils accélèrent à la place de décélérer. Pour illustrer, certains se permettent d’allouer un fonds important à des divertissements ; tels que le défilé de mode, le sport, la musique et autres de ce genre. A la place, ils peuvent ventiler directement ce fonds à la santé ou à d’autres programmes, à intérêt communautaire. Il sied de signaler que des telles initiatives profitent à la coordination, car procurent des bénéfices directs et frappants à la minorité. A la place de servir un plat à toute une communauté, une poignée en bénéficie. Quel gâchis! L’empire inébranlable demande et le sacrifice et la persévérance ; car tout bienfait n’est jamais oublié. La situation géographique et celle culturelle ne peuvent pas empêcher l’avenir de récompenser le mérite d’un bienfaiteur. Pour étayer ce raisonnement, il convient de dire que la bonté exercée en faveur de tel peuple peut avoir des répercussions directes ; ou encore futures, et dans une autre contrée. Toutes ces répercussions donneront un fondement solide à l’empire que l’on envisage bâtir. Il vaut mieux accélérer dans la direction du bien que de mal. o Stratégies, Segmenter Tout le monde peut envisager de réaliser un rêve, mais pour y parvenir l’insertion des stratégies conséquentes s’avèrent indispensable. Toute réussite nécessite des stratégies à la hauteur, car la simple persévérance ne peut pas produire des résultats satisfaisants. C’est grâce à ce principe de base que certains gouvernements sérieux ont mis sur pieds des structures chargées de coordonner et concevoir des stratégies adéquates de leur politique générale. Posséder un fonds conséquent n’est que la première phase de la stabilité ; mais ce qui importe n’est que le réajustement ou conception des stratégies de base. Pour mieux appréhender l’approche, il est souhaitable de segmenter un projet en sous ensembles ; c'est-à-dire que la réalisation du projet visible est accompagnée par des sous programmes à la hauteur. Ce, à l’instar de la programmation modulaire et structurée de la science informatique. o Observation de l’analyste La possibilité de bâtir un empire se confond à la possibilité de réaliser son rêve le plus précieux. En outre, lorsque l’homme se focalise sur ce qui préoccupe son âme, l’humeur se voit envahie par la tristesse ; car le fait de n’est pas décrocher ce que l’on veut attriste amèrement le corps, l’âme et l’esprit. Tout être humain aspire au meilleur, comme le veut l’idéal ; toutefois, la réalité diffère de la vérité. C’est pourquoi, la persévérance et la maitrise de soi peuvent, en exclusivité, permettre à celui envisageant exceller, provoquer la stabilité des projets. En peu des mots, la stabilité n’est pas l’apanage de ce qui frappe aux yeux ; mais elle est entretenue par l’immatériel, traduit par la quiétude et l’affluence des stratégies adéquates. Par conséquent, bâtir un avenir radieux repose sur une vision inchangée et infaillible. Cliff Yumba Mpiana WANE Senior Business Advisor et Motivational Speaker chez Cliff Wane Consulting/CWconsulting Exécutif en charge de recherche et prospection chez COMIPAD Tel : +243815777775 Email : cliffwane@hotmail.com Skype : cliffwane Twitter: cliffwane Blogs : www.cliffwane.blogspot.com www.cliffwane.blogs.lalibre.be Lubumbashi, RDC o tag : cliff wane, Motivational speaker, Consultant, Business Analysis, fuite, immaturité, source, confiance Leadership, Business strategy, Développement, Facilitation, Investissement, Management politique, Politique sociale, Etude de marché, Marketing, Balance, relation, Introspection, Commencer, Redressement, système, Médiation, Négociation, Policy analysis, bâtir, empire inébranlable, Sondages, Stratégies et conseils, chômage croissant, réduction de pauvreté, persévérance, parcimonie, accélérer, amplifier, segmenter

05/08/2012

La Méthode RIT : Possibilité de réduire sensiblement le chômage croissant en Afrique Etudes finalisées par l’analyste Cliff Yumba Mpiana WANE

L’Afrique est un continent possédant d’innombrables potentialités, étant donnée la présence exceptionnelle des ressources naturelles sur son espace. Curieusement, sa population croupit sans cesse dans la misère indescriptible. Manque t– il un leadership efficace? Peut– être ; mais à la lumière des études finalisées, les responsabilités se voient partagées. D’une part, les Decision Makers ignorent leur mission cruciale d’imposer une certaine ligne de conduite aux populations respectives ; d’autre part, l’Africain a une vision floue de la procédure adéquate du succès. Sur ce, la méthode RIT s’ingère dans les affaires courantes africaines afin de permettre à toute population fatiguée par l’inaccessible de RIRE ou d’être en définitive soulagée. Eu égard à ce qui précède, certains gouvernements responsables ont pris l’option de développer des nouvelles approches, en faveur de leurs populations respectives ; malheureusement, sans succès total. En d’autres termes ; il s’agit d’une nouvelle politique d’allégement de la pauvreté croissante, traduite par la création d’une classe moyenne idéale ; car vivement souhaitée. Certes, les gouvernements responsables ont mis sur pieds des structures expérimentales ; curieusement, la sélection des bénéficiaires n’a pas accouché sur des résultats satisfaisants. Que faire, alors ? Ou bien il y a une politique de deux poids, deux mesures ? A titre d’illustration, la RSA a prôné et illustré le BEE qui s’est soldé sur des résultats palpables, en faveur des bénéficiaires, uniquement. Quant à la RDC, l’observateur averti a constaté que les résultats de l’affluence des coopératives minières sont peu convaincants, à cause de l’impréparation des bénéficiaires. Il convient de souligner, à cet effet, que l’africain a une nature dépensière ; car ne sachant pas user de la parcimonie pendant la période d’euphorie. Par contre, lorsque devant un prêt de grande taille ; le bénéficiaire accomplit son rêve princier, en dilapidant la grande partie au détriment d’un investissement conséquent. Faut-il vitupérer les Decision Makers ? Pas du tout ; toutefois les Policy Makers devraient filtrer certaines conditions relatives à l’octroi de licences ou faveurs. Qui peut être éligible à une politique de faveur ? Seule la personne capable de maitriser ses émotions, à travers son organisation personnelle et familiale. Pour renchérir, pas encore une bagatelle mais une maigre somme de cent mille dollars américains désillusionne plusieurs de ceux que l’Afrique appellent « Nouveaux riches » ; n’a-t-on pas vu la morale perdre sa place, à cause de l’impréparation des parvenus ? En vue de parer à cette situation catastrophique, accusant les uns et les autres d’insuffisances à spécifier ; il convient de prendre en compte les stratégies et méthodes d’analystes avertis ; voire consultants dignes de ce nom. Usant de la technique d’interview dans certains pays africains ; tout le monde dit que la politique énoncée par les médias est plausible. Malheureusement, l’accès à ses facilités exige diverses connections avec les decion Makers, notamment celle relative aux passations partiales des marchés publics et privés. Rétorquant, l’Etat et le patronat nient les allégations émises par leurs sujets. Qui a tort dans cette situation ? La méthode RIT permettrait à tous de se retrouver, car les responsabilités de l’échec actuel sont partagées. RIT, comme le veut la sémantique, revêt plusieurs sens ; notamment celles relatives au soulagement et à la ruse, voire la duplicité. Dans le cas d’espèce, il est question de solutionner tous les grands problèmes inhérents au sous emploi en Afrique. Par extrapolation, le concept RIT disséqué prend le sens de Réorganiser à travers l’investissement, en temps voulu. o Réorganiser, renaissance, réorienter et refaire. L’échec/amertume est une grande école de la vie ; c’est pourquoi il est rare de voir une entité /une personnalité connaitre des sérieux progrès, si certaines erreurs de procédures/picotements n’ont pas cimenté au préalable, son parcours. Pour illustrer, plusieurs des gouvernements africains ne présentent pas des programmes sociaux valables, d’une part ; d’autre part, un grand nombre d’africains est loin de maitriser le principe professionnel d’investissement à long terme. Comment y remédier ? A la lumière de la première affirmation, l’Afrique présente une situation selon laquelle tout le monde n’a pas accès facile aux besoins de première nécessité, telles que la santé et l’éducation. Ce qui plonge nos villes dans l’océan du sous emploi et de l’éternité du sous développement, traduit par l’incapacité d’accéder aux objectifs pour le développement du Millénaire. Bref, il s’agit du manque d’organisation, au plus haut niveau. En vue de trouver des solutions ponctuelles et immédiate, la réorganisation/la renaissance/ la réorientation/la réfection s’avère indispensable ; pas nécessairement expressive et livresque. Oui, les erreurs sont manifestes et accessibles ; par conséquent, le « Policy Making environment » devrait entrer en concertation avec des consultants qui peuvent élaborer des nouveaux projets pratiques, chiffrés et à « très »court terme. Voir les méthodes EEE et TTT, par Cliff YM Wane D’autre part, la gestion prévisionnelle n’a aucune importance chez la plupart d’Africains ; ce qui fait que l’Etat peut offrir les opportunités d’investissement, mais les bénéficiaires à vocation dépensière n’arrivent pas à pérenniser leurs entreprises. En outre, la plupart d’exécutifs et simples cadres d’entreprises n’ont aucun projet d’avenir, en termes d’investissements à vocation de générer l’emploi à des échelons différents. Un consultant n’est pas toujours un assoiffé d’argent, mais un guide en matière d’investissement durable. Pour amplifier cette remarque, tout travailleur digne de ce rang devrait gérer sa rémunération mensuelle de la manière suivante : • Déduire les charges fixes mensuelles, évaluées à 70% • Affecter 4% à l’épargne • Affecter 4% au compte projet • Affecter 10% au compte investissement direct et à court terme • Affecter 8% au compte des imprévus • Affecter 3% au consulting qui ferait le suivi de la gestion du revenu (taux de CWconsulting) Si, à la fin du mois les 27% se voient statiques ; il faudrait les capitaliser. C’est seulement de cette façon que les investissements peuvent accélérer en Afrique, car tout le monde peut joindre une PME partant de sa capacité financière. Pour y parvenir, il s’avère indispensable de penser à l’immortalité de l’âme, que de se perdre avec la philosophie de l’immortalité du corps corruptible. De manière explicite, il convient de frayer un passage moins épineux à la génération future, car l’homme a été créé pour marquer son passage. Par conséquent, tout revenu peut créer un impact, car l’abondance est partie intégrante de la petitesse. La petitesse produit l’abondance naturellement. o Investir, inventer La politique d’investissement est celle qui échappe à plusieurs de nos dirigeants, car focalisent leurs priorités sur des secteurs qui touchent directement à leurs intérêts. Ceci n’est pas mauvais, mais il faut bien étudier le domaine d’intervention. Pour compléter ce raisonnement ; il convient de souligner que certains de nos ministres apparemment chargés n’arrivent pas à trouver des moindres solutions dans leur secteur d’intervention. « Ministre du plan incapable de provoquer une reforme à grande vitesse ; à cause de l’impréparation due à ses connections avec les Decision Makers». L’investissement demande beaucoup de sagacité, car les vrais besoins ne sont toujours pas ce que conçoivent les experts prétendus internationaux. Pourquoi pointer tel secteur, à la place de l’autre ? Que va engendrer tel investissement ? Est il prioritaire, ou encore superfétatoire ? Quels sont les couts vis à vis du budget ? Investir lorsqu’on a l’emploi constitue un atout, car les mauvais jours seront comblés de bonheur. Se réjouir indéfiniment caresse le cœur ; mais la fin d’amusement n’est que douloureuse. En d’autres termes, la jouissance parfaite ne peut intervenir qu’au bout d’efforts titanesques ; pas nécessairement pendant la période d’euphorie. Quelqu’un a dit : « Qui veut la paix, prépare la guerre». Certes, lorsque le rêve fait pression de paraitre au grand jour, il faudrait alors lui donner le temps de mieux se dessiner. L’argent et toute sorte d’opportunités ne sont que des éléments devant cimenter le parcours d’un avenir radieux ; pas expressément pour des plaisirs couteux et immédiats. Ces derniers n’apparaitront que plus tard. Investir est la racine de tout accomplissement ; car il est regrettable de dire que tel fut richissime, bien qu’aujourd’hui au bas de l’échelle. C’est pourquoi, tout celui ayant la chance de palper à quelques opportunités, doit profiter de toutes ces occasions ; car il arrive que toutes celles en vogue prennent subitement des ailes. Les latinistes ont dit, à ce sujet que Carpe Diem « Profite du jour ». A la lumière de cette illustration empirique, j’estime que le taux de Cwconsulting est raisonnable pour assurer le suivi de la bonne gestion du revenu. Par conséquent, il sera facile de franchir la porte d’investissements, en ayant le statut du patron ou de l’investisseur assidu. Oui, le patronat a besoin d’élargir sa sphère ; en vue de parer à certaines difficultés le guettant. o Travailler, traiter Le travail est réellement un trésor, comme la fable de la Fontaine nous a appris ; à travers la récitation de haute portée littéraire « Le laboureur et ses enfants ». Certes, c’est en forgeant que l’on devient forgeron ; il en est de même pour le travail, car son résultat permet à l’homme d’accomplir une série des réalisations, autrefois rêve inaccessible. Eu égard à ce qui précède, la sphère de ceux ayant l’autorisation de parafer sur des documents stratégiques d’affaires ou de migration s’évertuent à créer de l’argent à travers l’exercice de leurs professions. Que ce soit chez les privés ou chez les officiels, le principe est standard en Afrique. Pour étayer cette thèse, certains africains ont peur d’épouser des femmes universitaires ; car le cursus les a obligées des liaisons avec des professeurs en vue d’obtenir le grade de leur choix. Quand au monde des affaires, tout le monde réclame un pourboire exagéré avant d’accomplir son devoir ; ce qui fait que la corruption devient grandissante à tout échelon. Qui n’a jamais soudoyé quelqu’un ? De manière succincte, tout le monde est facilement « achetable » ; car les contraintes quotidiennes sont inévitables. Par conséquent, l’africain préfère gagner sans suffisamment travailler. Sur base de toutes ces choses, la technologie, l’expertise et la déontologie sont presque mortes en Afrique. A qui la faute ? Doit on incomber le forfait au gouvernement ou à la sphère des décideurs ? Personne ne veut travailler, bien qu’aspire à la réalisation de son rêve. « Une prostituée qui désire le diplôme universitaire fait le marchandage ; un employé désirant quelque chose pose des conditions tendancieuses au client, en vue de le lui arracher ». Comment réduire les effets de la corruption ? Qui n’est pas corruptible, enfin ? Vraiment cette panoplie des questions mérite des réponses ponctuelles. Le travail est toujours pénible, et le gain honnête est susceptible de générer le bonheur tant attendu. C’est à ce titre que tout visionnaire audacieux passe beaucoup de temps au travail, étant donnée sa connaissance parfaite de ses implications. o Observations du consultant Le chômage croissant africain constitue un danger à la génération future, car ses implications seront noirâtres ; étant donnée la solidarité exagérée africaine. C’est pourquoi, l’élite africaine devrait faire de son mieux pour préparer l’avenir de ses fils ; à travers l’usage strict du contenu de la présente méthode, car empirique. Enfin, il est possible d’élargir le patronat africain avec RIT. Notez par ailleurs que la présente méthode est déjà testée sur un échantillon représentatif ; car il est aberrant d’énoncer des méthodes idéales et inaccessibles, sans les savourer au préalable. Cliff Yumba Mpiana WANE Senior Business Advisor et Motivational Speaker chez Cliff Wane Consulting/CWconsulting Exécutif en charge de recherche et prospection chez COMIPAD Tel : +243815777775 Email : cliffwane@hotmail.com Skype : cliffwane Twitter: cliffwane Blogs : www.cliffwane.blogspot.com www.cliffwane.blogs.lalibre.be Lubumbashi, RDC o tag : cliff wane, Motivational speaker, Consultant, Business Analysis, fuite, immaturité, source, confiance Leadership, Business strategy, Développement, Facilitation, Investissement, Management politique, Politique sociale, Etude de marché, Marketing, Balance, relation, introspection, Commencer, Redressement, système, Médiation, Négociation, Policy analysis, Sondages, Stratégies et conseils, chômage croissant, réduction de pauvreté

14/05/2012

La Méthode COL : Possibilité de redresser un système

La Méthode COL : Possibilité de redresser un système
Etudes empiriques finalisées par le Consultant Cliff Yumba Mpiana Wane, Cwconsulting « Approche du Management Politique »
Le concept col revêt une importance non négligeable dans la société du 21e Siècle, étant données ses multiples implications dans la vie quotidienne. En effet, tout être humain utilise le col de son vêtement pour mieux couvrir son cou. Il s’applique également au col utérus ainsi qu’à d’autres disciplines. Si col s’avère indispensable chez l’être humain ; la méthode quat à elle devient incontournable, lorsque s’agissant de redresser un système.
Le redressement d’un système ou d’un quelconque comportement devient une opération sérieuse, lorsque l’entité cherche à atteindre ses objectifs par tous les moyens. Pour mieux comprendre cette argumentation stratégique, les parents exercent une certaine influence afin de redresser l’éducation à désirer de leurs enfants, l’Etat procède quant à lui par des reformes rigoureuses à l’instar des mesures d’austérité afin de réaliser la pile d’objectifs y fixés. Néanmoins, cette opération demeure toujours ardue, car le redressement exige beaucoup de sacrifice comme mentionne le paragraphe suivant.
Eu égard à ce qui précède, le redressement exige de la discipline, de la vision et d’un accent remarquable du sérieux dans la procédure y relative.
A titre d’illustration ; En 2004, j’ai pu réaliser un travail intéressant d’audit à l’ambassade de la République Démocratique du Congo de Pretoria, en qualité de consultant Externe. La matière me confiée était tellement compliquée, car l’audit s’appliquait sur les prestations de service d’un diplomate que je connaissais très bien. Malheureusement, mon travail l’avait inculpé. Pour renchérir, Je suis entré en collision verbale avec des inspecteurs de l’Etat à Lubumbashi, apparemment corruptibles mais ne voulant pas admettre que l’Etat est en voie d’appliquer une mesure d’austérité afin de renflouer ses caisses. Par contre, à travers le recouvrement forcé et inéluctable ; ils se sont permis de me terroriser car ils se réservent le droit de faire appel à la police pour que je sois arrêté, selon leurs propres déclarations. Usage de la formule « Mesures d’austérité » égales atteinte à la souveraineté de l’Etat ; Comment et pourquoi recruter des citoyens sans maturité, ni savoir faire en vue de terroriser la paisible population ? Voir méthodes EEE et TTT. L’Etat devrait inclure le séminaire civique dans son programme ; car certains fonctionnaires sans civisme se permettent d’inquiéter la paisible population. Or cette dernière est le cœur de toute réussite, à travers ses droits et devoirs vis-à-vis de l’Etat. C’est déjà une remarque devant être considérée par les institutions concernées.
S’agissant de ma prestation à l’ambassade de la RDC de Pretoria, tout le monde était satisfait du travail de titan abattu, y compris le diplomate inculpé. Par conséquent, le redressement d’un système nécessite du sérieux dans la procédure, afin de gagner l’assentiment de toutes les parties.
L a méthode COL
o Contrôler
Toute entité accuse certaines insuffisances quant à sa bonne marche, tel que souhaité par ses cadres. Sur ce, contrôler minutieusement les éléments inoculateurs d’un dysfonctionnement serait la meilleure approche afin d’atterrir. En management, les professeurs ne cessent de rassurer les étudiants que le contrôle donne du tonus à toute sorte de Projet ou structure. L’amour est aveugle certainement, mais pas nécessairement le mariage. Par conséquent, un contrôle pratique débouche sur des solutions escomptées.
La gestion rigoureuse d’une entité nécessite un contrôle adéquat, quelles que soit les affinités ; sinon, il n’y aura pas redressement. A ce niveau, il sied de noter que le redressement exclut tout penchant ou parti pris, au profit de la réalisation des résultats satisfaisants.
A titre d’exemple, ma personnalité a été victime de la malignité et escroquerie des différentes institutions, en l’occurrence celles stratégiques. Concrètement, toutes les propositions soumises, lorsqu’en quête des marchés viables, ont été finalisées avec d’autres entreprises que celle ayant fait des projets laudatifs.
o Analyse
o Recueillir les informations
o Filtrer les infos
o Elaborer la fiche de contrôle
Succinctement, on procède par le contrôle de toute la situation avant d’envisager une certaine restructuration ; sinon il sera probable de fausser le reste.
o Organiser
L’organisation est l’une des étapes clés d’une réussite ; car elle façonne le parcours de tout un système.
En effet, le redressement d’un système ou d’une approche erronée, exige de la discipline et de l’organisation à celui cherchant d’atteindre les objectifs assignés. Par conséquent, sans une bonne organisation, c’est la pagaille ou la jungle car aucune structure ne fonctionnerait selon la vision du manager.
Eu égard à ce qui précède, le leadership participatif est également organisationnel ; c'est-à-dire que la participation à des grandes décisions ne substitue pas le leader au simple collaborateur, mais lui permet d’avoir une pile des vues devant être minutieusement filtrée. Oui, certaines décisions doivent être prises par le groupe ; dans le cas d’espèce, il s’agit de l’évaluation de l’approche d’un des collaborateurs.
L’organisation est susceptible d’influencer et de solutionner, vu que le leader qui organise cherche à matérialiser sa conception ; alors, au détriment de tout disfonctionnement à spécifier. Par conséquent, l’organisation de stratégie de mise en œuvre est précédée par le contrôle ou détection d’anomalies.
o Limiter
Tout redressement a une limite, car l’idéal exige le cheminement logique à la hauteur. Sur ce, il est quasi aberrant de redresser sans cesse un système, au nom d’une certaine mise à jour.
Certes, la répétition est la mère de la science, mais les principes fondamentaux sont indivisibles, dans la bonne marche d’un projet.
Eu égard à ce qui précède, il sied de noter que le redressement d’un système ou d’une entité périmée, exige beaucoup de minutie. Ceci veut dire que tout plan de redressement doit être bien quadrillé, sous peine de certaines représailles incontrôlables.
Les recommendations Du consultant
Le redressement est un concept polysémique, étant donné son ingérence dans différentes sphères. L’appareil de l’Etat a besoin d’être redressé, l’éducation diffuse et la mauvaise gestion de même. En conséquence, seuls certains principes de base facilitent son intégration.
Par ailleurs, tout redressement digne de ce nom est suivi d’une évaluation type. Sur ce, il ne peut exister un redressement non chronométré ; au risque d’escamoter la phase d’évaluation des performances. En d’autres termes, une fois redressé ; le trend voguera en direction de la nouvelle tendance.
Cliff Yumba Mpiana WANE
Motivational Speaker/Policy strategist: Cliff Wane Consulting
Chargé de recherche et prospection de la Coopérative Minière COMIPAD
Tel: +243815777775
Email: cliffwane@hotmail.com
Skype : cliffwane
www.cliffwane.blogspot.com
www.cliffwane.blogs.lalibre.be
Lubumbashi, RDC
o tag : cliff wane, Motivational speaker, Consultant, Business Analysis, fuite, immaturité, source, confiance Leadership, Business strategy, Développement, Facilitation, Investissement, Management politique, Politique sociale, Etude de marché, Marketing, Balance, relation, introspection, Commencer, Redressement, système, Médiation, Négociation, Policy analysis, Sondages, Stratégies et conseils