Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/04/2012

Apocalypse Sociale en Afrique

Apocalypse Sociale en Afrique :

«  Vers le chaos final africain/néocolonialisme confirmé »

 

                  L’apocalypse programmée pour 2012, 21 décembre ; selon les conclusions du livre important I Ching, le récit de Merlin, les prophéties de la mère Shipton et celles des Maya ; lesquelles confirmations corroborées par la théorie du réchauffement climatique du 21 e Siècle, ne sont pas à rejeter systématiquement. C’est ici que va intervenir la notion de précision inhérente à une déclaration de grande portée, à l’instar de deux guerres mondiales du siècle précédent.

                  En effet, l’Afrique est un continent ayant développé ses infrastructures en un temps aussi record ; car certains de ceux qui respirent financièrement n’ont jamais rêvé l’exil, moins encore la vie paradisiaque imputée naturellement à l’occident. En revanche, sa population se voit chosifiée et ridiculisée par ses propres dirigeants, supposés Elus démocratiquement. Au terme de toutes ces conséquences, les étincelles néocolonialistes et chaotiques émergent avec la vitesse de célérité. Qui veut devenir qui ? Qui veut faire quoi ? Qui poursuit quoi ? Quelles sont les intentions de tel acteur ? Qui cimente l’avenir radieux de la postérité ? Quel sera le devenir de l’Afrique, après Cinquante années ? L’oligarchie et la stratocratie vont présider au devenir de l’Afrique, si le leadership africain n’émet pas des stratégies professionnelles.

                      L’apocalypse peut être la fin du monde, ou encore la fin d’un cycle voire d’un système. Que dire, alors, de l’apocalypse sociale en Afrique ?   

                          L’indépendance est une phase très importante dans la vie d’un système ou encore de tout être humain ; mais les structures d’accompagnement sont requises afin de garantir un développement harmonieux, sinon une indépendance mal acquise débouche toujours sur le chaos/apocalypse.

                             Le commerce triangulaire avait un objectif précis, à tel enseigne que le 21 e Siècle est incapable de ramener cette technique de triste mémoire ; étant donné que le concepteur de ce fameux commerce sans précédent, a déjà atteint tous les objectifs autrefois assignés à ce grand travail de titan.

                              Pourquoi parler de l’apocalypse sociale en Afrique ; or tous les continents s’attendent à une apocalypse planétaire ? Tous les africains ont milité pour que l’indépendance totale leur soit octroyée par les forces colonialistes ; en revanche, elles ont cédé à la pression africaine, car dit on « on ne force personne d’adhérer à une philosophie particulière». Les experts/ politologues africains ont parlé de l’indépendance politique leur octroyée vers les années 60 ; Avec l’avènement du Nepad/Union Africaine, le langage est passé de la politique à l’économie.

                             Eu égard à ce qui précède, une pile des conférences a été enregistrée ; car les africains pouvaient désormais décider sur tout ce qui concernaient leurs stratégies de développement socio politico économiques. Curieusement, ces mêmes africains, incapables d’organiser les choses dans leurs pays respectifs optent pour la migration vers les métropoles occidentales. D’où la naissance du vocable « DIASPORA » africaine. Cette dernière s’érige en opposition, vis-à-vis des régimes qui gouvernent leurs pays. Finalement, elle plaide auprès des forces colonisatrices pour que la démocratie soit effective en Afrique. Inviter la communauté internationale à s’ingérer dans une affaire interne, traduit l’incapacité des gouvernements africains de solutionner certains problèmes oiseux. Par conséquent, l’africain lui-même encourage le néocolonialisme dans sa propre société. On sait bien comprendre que l’africain n’était pas préparé à présider au devenir de sa société.

                             La politique sociale en Afrique est mal définie, la justice est obsolète, la politique de création d’emplois est inopérante ; bref, aucun pays africain du 21 e siècle n’arrive à générer facilement des emplois pour sa population instruite. Certes, un nombre exagérément limité des pays africains arrivent à satisfaire, tant soit peu, les attentes de leurs populations respectives ; en matière d’emplois. Il convient de dire que le social et l’emploi sont indissociables, car sans emploi il est difficile de se procurer du nécessaire ; quelle que soit l’excellence d’une performance économique. Sécurité sociale assurée ne ferait jamais abstraction de l’emploi ; car l’inexistence d’emploi est à la base du processus de l’apocalypse africaine.

                            Le Maghreb a bougé, du Maroc à l’         Egypte où l’on a vu des manifestations désireuses de chasser toute forme de dictature/monarchie exagérément absolue (moderniser la monarchie Marocaine). Au terme de toutes ces choses, l’idéal n’a pas été atteint ; contrairement à l’attente Maghrébine. L’Afrique occidentale qui se veut miroir de démocratie, a organisé beaucoup d’élections, sans améliorer curieusement ses conditions sociales/pas d’emploi, de la Mauritanie à la Cote D’Ivoire. Certains, autrefois, démocrates et amis de l’idéal en Afrique occidentale, n’ont fait qu’appauvrir intelligemment le petit peuple de l’Ouest Afrique. L’Afrique Australe, symbole du développement africain, car porte la plus grande économie de l’Afrique ; Malade socialement, car l’instabilité socio économique de certains pays de la région pèsent sur l’Afrique du Sud. En conséquence, le social se voit en déperdition. L’Afrique orientale, autrefois chapeautée par le Kenya et la Tanzanie, se voit en déséquilibre car la famine de sa corne et la mauvaise application du jeu démocratique cimentent son instabilité sociale.

Bref, l’Afrique est instable socialement et politiquement ; car son leadership est apparent. En terme clair, il n’y a pas de leadership en Afrique. Qui dit leadership voit l’amélioration et l’espoir.

Tout jeune africain projette de faire fortune en occident, au moyen orient et en Australie. N’est il pas écrit que l’Afrique regorge des ressources minières inégalables ? Quel est l’impact réel des institutions sous régionales en Afrique ? De syrte à CapeTown, tout africain veut intégrer la classe politique, en vue de vivre normalement. Ceci prouve à suffisance que l’Afrique souffre, et manque des structures. A titre d’exemple, la RDC venait d’organiser ses élections législatives au mois de Novembre 2011, où 18000 candidats (comédiens, chômeurs, médecins, journalistes, professeurs d’universités, pasteurs, imams, prélat catholiques, cadres d’entreprises, opérateurs économiques…) se sont présentés pour 500 sièges, avec avantage salarial de l’ordre de 6000USD/mois. Tous ces congolais prêts à abandonner leurs emplois envisagent intégrer le parlement pour améliorer leurs conditions vitales ; c'est-à-dire que ce pays néglige la politique de création d’emploi/il lui faut revoir son SMIG. Si les institutions appropriées revoient les salaires des députés de 6000 USD à 1400USD ; certainement, plusieurs d’entre eux céderont leurs sièges aux suppléants. Un footballeur a tenté sa chance, autrefois, à la présidentielle Libérienne, Un musicien de renom international envisage se présenter aux élections présidentielles Sénégalaises de 2012, la Zambie, premier producteur du cuivre avec un social misérable ; le Nigéria, en voie de perdre sa position de prestige…. 

L a démocratie a échoué en Afrique, car les régimes qui pilotent les gouvernements africains se comportent en royaumes ; ces derniers remplissent les cabinets gouvernementaux des proches de famille, Sans tenir compte d’une quelconque expérience. Bref, un raisonnement ethnico tribal.

L’Africain est loin de structurer sa société ; à la place, on cherche à se maintenir le plus longtemps possible. Où va l’Afrique ? Et pourquoi la démocratie ? Personne ne veut lâcher le pouvoir ; ce qui inspire les autres à joindre la carrière politique par intérêt. Que deviendra l’Afrique de demain ? Tous ces présages ne sont que signes apocalyptiques de l’Afrique en 2015.          

D’autre part, les ressources ne sont pas redistribuées équitablement ; car l’Afrique porte un nombre assez important des millionnaires et milliardaires illégaux vis-à-vis des pauvrets incapables de s’épanouir. Qui est à la base de toutes ces inégalités ? Il est clair que les Gouvernements africains sont incapables de générer l’emploi de manière permanente. Ceci fera que d’ici 2015, les objectifs pour le développement du millénaire seront traduits par la corruption, le parasitisme, le clientélisme, les balkanisations, les révolutions mal orientées et la terreur. Telles sont les conséquences de l’échec social africain ; si et seulement si, les gouvernements responsables  refusent de consulter des grandes maisons d’experts locaux.

Les conclusions empiriques de cette étude de grande portée historique prévoient le chaos africain en 2015, si la gestion de la RES Publica poursuit sa même politique oligarchique.

 

Cliff Yumba Mpiana WANE

Senior Business Advisor/Policy strategist

Tel: +243815777775

Email: cliffwane@hotmail.com

Skype : cliffwane

Cliff Wane Consulting

Lubumbashi,RDC

Les commentaires sont fermés.